Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 31 ans (dont 24 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message au gouvernement

C'est comme si les femmes travaillaient gratuitement

Paru le | Catégorie: Travail / Jobs LAG

(R.I) Alors que la Loi sur l'équité salariale fêtait les 26 ans de son adoption le 21 novembre dernier, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) rappelle que, malgré tout le chemin parcouru, il reste encore du travail à faire pour atteindre cette équité et qu'une loi avec plus de mordant est nécessaire pour y arriver.

 

« Comme le signalait l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) récemment, les inégalités salariales toujours présentes font en sorte qu'à partir du 27 novembre, c'est comme si les femmes travaillaient gratuitement pour le reste de l'année, et ce n'est pas acceptable », illustre le président de la CSQ, Éric Gingras.

 

En effet, l'Institut de la statistique du Québec nous informait, dans sa récente publication, que la rémunération horaire moyenne des femmes occupant un emploi salarié équivalait à environ 91 % de celle des hommes, le salaire horaire moyen des femmes étant de 27,39 $ et celui des hommes, de 30,16 $.

 

« Les statistiques démontrent qu'il y a du progrès dans la rémunération des femmes depuis l'adoption de la Loi, mais nous avons encore du chemin à faire pour atteindre cette équité pour laquelle nous travaillons si fort depuis des décennies. En 2022, il serait temps que toutes les travailleuses puissent avoir un salaire égal pour un travail jugé équivalent. L'équité salariale, il faut plus qu'en parler, il faut la régler, et ça prend une loi avec plus de mordant pour y arriver », a conclu Éric Gingras.

 

Rappelons que la CSQ réclame des modifications à la Loi pour, notamment :

 

-Contraindre les entreprises retardataires et les employeurs qui ne versent pas les ajustements salariaux à procéder;

 

-Remplacer le montant forfaitaire dû par un ajustement salarial sans étalement et prendre en compte les intérêts légaux à partir de la date où les salaires doivent être corrigés;

 

-Donner plus de pouvoir à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST), notamment celui d'intervenir afin que l'équité salariale soit atteinte, sans limiter le nombre d'années où les ajustements salariaux doivent être versés;

 

-Permettre à la CNESST d'avoir accès à une information complète afin qu'elle soit outillée pour comprendre et analyser l'application de la Loi;

 

-S'assurer de la mise en place d'un comité de maintien de l'équité salariale dans les entreprises afin que les personnes salariées, particulièrement les travailleuses, puissent participer aux travaux et bonifier ceux-ci par leur expérience et leur connaissance des emplois;

 

-Réduire la périodicité de l'exercice du maintien à trois ans afin de faciliter la détermination des problématiques et diminuer le fardeau financier des entreprises qui doivent corriger les écarts salariaux.

 

Pour consulter le matériel de la campagne de la CSQ « L'équité salariale, il faut plus qu'en parler », on visite la page equite.lacsq.org

 

Profil de la CSQ

La CSQ représente près de 215 000 membres, dont environ 125 000 font partie du personnel de l'éducation. La CSQ compte 11 fédérations qui regroupent quelque 240 syndicats affiliés; s'ajoute également l'AREQ (CSQ), l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services éducatifs à la petite enfance, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.
Twitter : CSQ_Centrale

 

SOURCE CSQ

 

-/-/-/-/-/-

Au début d’un article (R.I.) et à la fin -/-/-/-/-/- indiquent un texte/article que nous avons repris intégralement.

À lire aussi dans Travail / Jobs LAG