Demande d'inscription

Si votre organisme, entreprise, ministère etc. est déjà un abonné aux services du Courrier parlementaire©, vous pouvez vous inscrire pour recevoir par courriel nos éditions quotidiennes. Vous devez cependant entrer l'adresse courriel attribuée par votre organisation.


Se désinscrire

Pour un essai gratuit de quelques jours, veuillez nous faire parvenir un courriel.

Pour plus d'informations, veuillez nous rejoindre par téléphone au 418 640-4211 ou par courriel.

Mot de passe oublié

Veuillez indiquer votre adresse courriel qui est liée à  votre compte. Si elle correspond à  un utilisateur, nous vous enverrons un courriel afin que vous puissez récupérer votre mot de passe.

Mon profil

Vous pouvez modifier les paramètre de votre compte.

Désolé, pour naviguer dans notre site, il faut détenir une licence/abonnement.

Nous publions depuis 28 ans (dont 21 ans comme quotidien web).

Nous offrons une édition (LCP-LAG) tous les matins de la semaine de septembre à juin

Nous ajoutons LCP InfoMidi quand l'activité parlementaire le mérite (quand le Salon bleu est en action)

Notre objectif depuis presque trois décennies est de tenir nos lecteurs bien informés sur ce qui occupe et préoccupe les législateurs québécois.

Nous avons aussi des volets inédits comme Le Monde du lobbying sur les groupes de pression et les grands lobbys, Regard législatif en temps de session.

Nous publions aussi Cette semaine au Parlement sur l'activité de la semaine (et des mises à jour fréquentes durant la semaine),

Nos abonnés reçoivent Alerte Décrets et peuvent consulter nos rubriques Derrière les décrets, Ce qu'ils ont dit,

Message DU gouvernement, Message AU gouvernement et plus encore.

Si vous êtes intéressé à obtenir un essai gratuit de quelques jours pour votre entreprise ou organisme, n'hésitez pas à nous contacter (editeur@courrierparlementaire.com)

Retour

Article du

Message au gouvernement

Salaire minimum : il faut un minimum de 18 $ l'heure

Paru le | Catégorie: Ce qu'on attend du gouv.

(R.I.) Des groupes de lutte contre la pauvreté et de défenses des non-syndiqués, des centrales syndicales et des syndicats profitent de la Journée mondiale pour le travail décent pour affirmer que le salaire minimum nécessaire pour permettre aux travailleurs et travailleuses du Québec de sortir de la pauvreté s'établit dorénavant à 18 $ l'heure.

 

Depuis 2016, la revendication portée par différents groupes syndicaux et communautaires d'un salaire minimum à 15 $ l'heure a remis cet enjeu sur la place publique en plus de mener à des hausses substantielles du salaire minimum, lequel demeure cependant bien insuffisant. En 2021, il est évident qu'il est impossible de vivre décemment avec le salaire minimum actuel de 13,50 $ l'heure.

 

Même la revendication de 15 $ l'heure n'est plus adéquate en raison de la hausse du coût de la vie, particulièrement en matière de logement et de l'augmentation du coût du panier d'épicerie. C'est pourquoi une mise à jour était nécessaire.

 

Le salaire minimum doit permettre aux travailleurs et aux travailleuses qui occupent un emploi à temps plein de sortir de la pauvreté. En se guidant sur différents indicateurs, tels que la mesure à faible revenue (MFR-60), en consultant leurs membres, en réalisant des entrevues et un sondage auprès des personnes à faible salaire, nos organisations en sont arrivées à fixer leur nouvelle revendication en matière de salaire minimum à 18 $ l'heure.

 

Une telle revendication tend d'ailleurs à se rapprocher du revenu viable comme défini par l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS). C'est sur la base de ce constat que plusieurs organisations ont déjà adopté dans leurs instances la revendication pour la hausse du salaire minimum à 18$ l'heure et que d'autres consulteront leurs membres afin de définir les orientations lors de leurs prochaines instances.

 

« Mais, au-delà des calculs et des aspects techniques, la lutte pour le salaire minimum reste une affaire de principe. Il est tout simplement inacceptable que le travail soit synonyme de pauvreté. Or, ce qui devrait aller de soi ne fait malheureusement pas consensus. Les regroupements d'employeurs et le gouvernement travaillent fort pour que ça ne se passe pas. Pourtant, dans le contexte économique actuel de pénurie de main-d'œuvre dans les secteurs à bas salaire, il n'y a plus d'excuses pour ne pas se rendre à 18 $. Pour nos organisations, le Québec est trop riche et prospère pour qu'un seul travailleur ou une seule travailleuse vive dans la pauvreté », déclarent les représentants et représentantes des organisations.

 

« L'augmentation du salaire minimum est un levier économique en soi qui favorise une société plus égalitaire. Il permet une augmentation du pouvoir d'achat des personnes, majoritairement des femmes, et réduit les écarts de revenus qui se creusent avec les années. C'est dans cet esprit que nos organisations revendiqueront 18 $ l'heure et nous nous mobiliserons pour y arriver! », ajoutent les membres des organisations.

 

Organisations signataires :
La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
La Confédération des syndicats nationaux (CSN)
La Centrale des syndicats du Québec (CSQ)
La Centrale des syndicats démocratiques (CSD)
Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ)
Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)
Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS)
Collectif pour un Québec sans pauvreté

-/-/-/-/-/-/-

Autres articles du vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021

vendredi 08 octobre 2021